Une crise est une période de déstabilisation. Elle est douloureuse pour les Salariés, Dirigeants, Conseil d’Administration, Usagers etc…

Peut-on éviter la crise ? Peut-on éviter le chaos inhérent à la crise ? 

La crise est une conséquence qui vient dire que l’organisation, le projet doit bouger, changer, se transformer. 

La crise pourrait être évitée si le système, l’organisation et les gens qui font l’organisation étaient suffisamment écoutés, entendus et prise en compte. Nous appellerons cette étape : L’étape du conflit. 

Ecouter en tant que personne certes mais surtout en tant que porte-parole d’un besoin de mouvement, de changement du projet, de l’organisation et du système. 

Ecouter le système c’est accepter que ce dernier soit en mouvement. C’est accepter que le système bouge et qu’à travers lui les femmes, les hommes, les enfants s’expriment. Cette étape du conflit qui pourrait amener des échanges, débats et solutions pourraient permettre d’éviter la crise. 

Ce qui est exprimé (verbalement ou en non verbalement) par les protagonistes appartenant aux systèmes s’appelle un conflit, et vient prévenir en amont ce qui sera appelé plus tard une crise.  

Ecouter ce qui se dit à travers les grincheux, les colériques, les râleurs, les arrêts maladies répétés, les passages à l’acte par le vol, le retard, les démissions … annoncent par-là la crise à venir. Va-t-on réussir à l’entendre ? L’écouter ? pour prévenir une crise et empêcher le chaos ? 

La crise s’exprime par ceux qui font le système et qui représentent ce qu’on appelle l’inconscient collectif. C’est les plus sensibles du système qui portent la parole du groupe. 

Une parole la plupart du temps non verbalisée par le groupe, que les plus sensibles et téméraires ressentent et expriment le mal-être dans les collectifs et parfois auprès des directions.  

Ces sensibles en viennent parfois à répéter les messages du groupe plusieurs fois. 

L’impatience et la répétition amènent les sensibles parfois à exprimer les maux collectifs avec insistances et n’étant pas suffisamment entendu. 

Les sensibles porteurs d’un besoin de prendre soin du projet institutionnel, de la santé mentale du groupe se retrouvent emmêlés, tiraillés, dans une forme d’agressivité.

Ne sachant plus faire la part des choses entre ce qui leur appartient, ce qui appartient aux collègues, aux usagers et ce qui appartient à l’histoire du système. Les sensibles se retrouvent entremêlés dans des souffrances du multiple. 

Le besoin d’amener du mouvement, de changer du système, l’énergie, les émotions des personnes en souffrance dans le système mettent une pression consciente et inconsciente aux sensibles.  

Le sensible entend qu’il doit pour agir parler, oser… pour finalement finir par exprimer de manière agressive et violente les maux du système. 

Ces tiraillements verbaux et non verbaux créent le chaos des organisations. Les mots sur les maux ne suffisent plus. Il est déjà trop tard. La crise et le chaos font une pelote de laine bien emmêlés. 

Ce qui peut aider en période de crise ? 

6 Clefs à vous offrir

  1. Prendre conscience collectivement que nous vivons une crise.
  2. Se demander si nous traversons un chaos, une crise ou seulement un conflit ou une tension ? 
  3. Se poser la question individuellement et dans son for intérieur : Qu’est-ce que je peux faire pour empirer la situation ? Qu’est-ce que je peux faire à mon niveau, pour améliorer la situation ? 
  4. Regarder la liste. Prendre conscience : Suis-je une personne dont le système a besoin pour aller mieux ou suis-je une personne qui contribue à nuire au système. 
  5. Si je n’ai pas de réponse pour améliorer à mon niveau la situation : Soit j’ai besoin d’aide, soit il est temps pour moi de quitter cette organisation, ce projet et les personnes qui la font pour permettre au projet de renaître de ces cendres. 
  6. Si je vois une chose même petite que je pourrais faire pour améliorer la situation : Je peux tenter. 

K’es ce que ça veut dire ? 

Conflit :

Le conflit désigne l’ensemble de deux (ou plus) hypothétiques situations qui sont exclusives : autrement dit, elles ne peuvent pas avoir lieu en même temps. Pour l’Allemand Ralf Dahrendorf, le conflit est un fait social universel et indispensable, qui se résout par le biais du changement social.

 

Crise :

Une crise constitue une mise à l’épreuve d’un ordre existant, et notamment des catégories cognitives et d’actions, mais également des frontières et des structures hiérarchiques, qui l’organisent, ce qui peut conduire à un effondrement organisationnel. Peut-on parler de « crise » du coronavirus ?

 

Chaos :

A l’origine, le chaos est la confusion des éléments de la matière avant la formation du monde. Le chaos peut être vu comme un état global de désordre, mais aussi une absence de sens ou de direction. Dans la mythologie grecque, le chaos préexiste à la Lumière. De même, dans la tradition judéo-chrétienne, le chaos est l’état indifférencié de la Terre avant l’intervention divine.

 

Système et Protagoniste du système :

Ensemble d’éléments (méthodes, moyens humains et matériels, procédures et outils) en interaction et formant un tout.

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.