En echo à la news de la semaine dernière : Tu la retrouveras ici

Une relative maitrise pour choisir la direction de cette année, comment la veux-tu ? Comment la souhaites-tu ?  Comment la rêves-tu ?

Tu dis que tu n’as pas le choix.

Dans certains endroits c’est sûr, mais en d’autres tu es le roi !

La manière de vivre le compliqué de ta vie : tu le décides !

Que décides-tu ? Subir ou choisir ?

Rêver grand et se projeter cette année

Imaginer le meilleur et laisser. Mettre son espoir pour inventer le mieux pour sa vie et lâcher.

Faire de son mieux autour de soi et abandonner. Le pouvoir des croyances nous le savons aujourd’hui influe sur notre réalité.

Le pouvoir de l’intention nous le saisissons également joue un rôle sur nos vies. Il ne suffit pas toujours de croire, pour voir se dérouler de la joie devant soi. Il arrive parfois, que par hasards, des coïncidences font des confidences.

La légèreté, l’espièglerie dans

cette rentrée pour cette année

Du beau, du bon, du jeu, du rire chaque jour à cultiver pour rendre le quotidien répétitif et chronophage plus vivant et léger. Mettre du jeu dans sa vie. Rire de rien et s’amuser, atténue le pénible du quotidien.

Une hygiène de vie que de célébrer les moments agréables de la journée. Chopper au vol les occasions de rire et frémir et les injecter dans le quotidien barbant, fatiguant et redondant. Cet art de vivre à connecter et développer, s’installera chez vous si vous le décidez.

Une rentrée pour s’engager

Un agenda pour concrétiser les possibles, pour voir l’impossible se réaliser. Les stratégies, les solutions, les petits pas qui amènent le rêve dans la réalité. Développer son imagination et remplir sa vie d’inspiration pour que vos intentions habitent vos réalisations. Partir de haut pour arriver au possible c’est là tout l’intérêt de la créativité.

Apprendre à goûter « le positiver », sur un rythme journalier et ne pas oublier de se laisser toucher et s’indigner. Ainsi, se hausser au-dessus de la mêlée engluée, qui entoure notre sérénité.

Tout le monde ne fait pas sa rentrée

Il y a ceux qui nous ont amusé tout l’été et qui nous ont vu nous ressourcer, quand eux, à notre service travaillaient. Des métiers en tout genre de la propreté à celui des ouvriers. Du métier de la restauration à l’animation. Les engagés de l’accueil et de la santé. Ils ont contribué à ton beau teint bronzé et reposé de la rentrée.

Il y a ceux qui sont inquiets de ne pas pouvoir faire leur rentrée et s’angoissent pour les factures à payer, leur pouvoir d’achat, leur place dans la société. On ne naît pas égaux devant le plaisir de rentrer et recommencer. Les émotions, la dépression traversent des cœurs blessés et des corps bien fatigués.‍

Certains ne rentrent pas. C’est décidé cette année c’est sans moi les gars. Il y a mille manières de contribuer. Offrir sa beauté au monde, autrement façonné. Il a ceux qui ont choisi depuis les crises de toute part que ça sera sans eux, ce monde coure à sa perte. Ils sont prêts pour un autre système mais pas celui de la course aux consommations. La vie est bien plus précieuse que ça. Ils regarderont les saisons se vivre et leurs enfants grandir. Ils profiteront des temps qui s’écoulent pour vivre tout simplement et tranquillement. La culpabilité traversera des fois leurs pensées mais le bon sens viendra la faire oublier.

Se sentir utile et contribuer à voir le destin de ce monde évoluer est le sens de notre destinée.

Par le biais de ce billet nous espérons contribuer à la vôtre de destinée. C’est avec joie que nous vous souhaitons une rentrée douce, tendre, rêveuse et aventureuse pour vous, votre équipe et vos proches !

Déplacer vos croyances limitantes

Toute souffrance à sa source dans une pensée. Voici un outil simple de Byron Kathie pour investiguer ces pensées. Il consiste en quatre questions et une série de retournements.

Utilisée avec franchise et honnêteté, cette méthode est étonnamment efficace pour prendre de la distance avec les pensées néfastes.

Identifie d’abord une pensée nocive à travailler.

Répète alors la phrase et tu peux répondre avec honnêteté :

  1. Est-ce que c’est vrai ?
  2. Peux-tu être absolument certain que c’est vrai ?
  3. Comment réagis-tu lorsque tu as cette pensée ?
  4. Qui serais-tu si tu n’avais pas cette pensée ?

K’es que ça veut dire ?

Le choix :

Choisir, c’est expérimenter un instant de liberté, c’est-à-dire de puissance de pouvoir être ceci ou cela. C’est aussi sélectionner et décider rationnellement, donc être dans l’action, l’avancement, le chemin.

Cela peut être aussi incliner, en laissant s’exprimer une passion, un sentiment, une intuition.‍

Les croyances limitantes :

Au lieu d’essayer désespérément de changer le monde pour qu’il corresponde à nos pensées sur ce qu’il « devrait être », nous pouvons questionner ces pensées et, en rencontrant la réalité telle qu’elle est, éprouver une liberté  et une joie inimaginables.

Le pouvoir de l’intention :

c’est que le pouvoir de l’intention est une suggestion que l’on pose, en se disant « Si ça arrive, c’est bien, si ça n’arrive pas, c’est bien aussi ! ». Il s’agit toujours de la voix de notre mental qui passe une grande partie de son temps à nous mésestimer.

S’indigner :

En mai 2011, des manifestants espagnols se réunissent sur l’une des plus grandes places de la capitale espagnole. Ils installent un campement et restent jour et nuit sur cette place pendant un mois. Leur but ? Protester contre la façon de gouverner de leurs dirigeants. Ces manifestants ont été appelés « les Indignés » (voir mot du jour), « los Indignados », en espagnol.